La dépendance aux drogues

La dépendance aux drogues est une maladie compliquée. Les drogues et les substances addictives peuvent modifier la chimie du cerveau, et ces changements peuvent laisser des séquelles à long terme. Arrêter de consommer de la drogue n’est pas une mince affaire, mais avec de l’aide, on peut y arriver plus facilement. C’est une maladie qui se traite : on peut s’en sortir et avoir une vie saine et épanouie.

Comme pour toutes les autres maladies, il y a des signes et des symptômes associés à la dépendance. Une personne touchée peut présenter une ou plusieurs des caractéristiques suivantes :

  • difficulté à dire « non » quand on lui propose de la drogue;
  • relations plus étroites avec des personnes qui consomment de la drogue;
  • abandon des contacts avec ses proches (famille, amis);
  • consommation de drogue pour surmonter sa peur, sa colère, sa dépression, sa tristesse, etc.;
  • problèmes et violence dans ses rapports aux autres sous l’effet de la drogue;
  • accoutumance à la substance et nécessité d’augmenter la dose pour ressentir le même effet;
  • symptômes de sevrage ou inconfort en cas d’arrêt de la consommation;
  • obsession de trouver un moyen d’obtenir davantage de drogue;
  • achat de drogue sans égard pour les autres dépenses;
  • obsession pour la drogue et sa prochaine dose;
  • consommation de drogue en sachant que sa vie et celle de ses proches en font les frais.

Certaines personnes consomment parfois des drogues illicites comme le crack, la cocaïne, l’héroïne, la méthamphétamine et l’ecstasy. Elles ne sont pas règlementées et peuvent contenir des éléments inconnus, voire nocifs. La possession, la vente et la consommation de telles drogues sont punies de sanctions pénales.

Si elle n’est pas traitée, la dépendance aux drogues peut avoir des effets négatifs sur la santé et le bienêtre, par exemple :

  • problèmes financiers;
  • éloignement des autres provoqué par un comportement destructeur ou violent;
  • absentéisme à l’école ou au travail;
  • accusations criminelles ou séjour en prison;
  • incapacité à répondre aux besoins physiques et émotionnels de sa famille;
  • maladie grave ou mort prématurée.

Il est impossible de connaitre les causes exactes de la dépendance. D’après ce que l’on sait, la génétique, l’environnement, les problèmes de santé mentale sous-jacents et la difficulté à gérer ses pensées et ses émotions sont autant de facteurs pouvant mener à la dépendance.

Aide et ressources

Le ministère de la Santé offre des services locaux, régionaux et hors territoire de diagnostic et de traitement pour les personnes aux prises avec des problèmes d’abus d’alcool ou de dépendance.

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez avez un problème d’abus d’alcool ou de dépendance, rendez-vous au centre de santé communautaire pour en parler à votre infirmière ou infirmier ou à votre médecin. Vous pouvez aussi vous adresser à votre travailleuse ou travailleur social, ou à votre conseillère ou conseiller en mieux-être.

Vous pouvez également joindre la ligne d’aide Kamatsiaqtut  au 867 979-3333 ou au 1 800 265-3333 (numéro sans frais).

Au Nunavut, il y a aussi des groupes d’entraide qui peuvent vous aider si vous ou l’un de vos proches avez une dépendance. Pour connaitre les groupes qui existent près de chez vous, rendez-vous dans votre centre de santé. En voici quelques-uns :

  • Alcooliques Anonymes s’adresse aux personnes qui souhaitent arrêter de boire ou qui l’ont déjà fait et ont besoin d’être épaulées.

Pour en savoir plus :  http://www.aa.org/pages/fr_FR 

  • Al-Anon s’adresse aux familles et amis de personnes alcooliques.

Pour en savoir plus : http://al-anon.alateen.org/

Consultez les ressources sur l’alcool, le cannabis et les médicaments sur ordonnance ou en vente libre comme l’acétaminophène.

 

Ressources