Bullying

Les intimidatrices et intimidateurs usent de leur influence pour blesser et ridiculiser autrui. Si personne ne les arrête, ils ont souvent tendance à recommencer..

L’intimidation verbale consiste à dire ou à écrire des choses méchantes ou blessantes.

Exemples :

  • moqueries;
  • surnoms;
  • remarques sexuelles inappropriées;
  • railleries;
  • menaces de violence.

L’intimidation sociale consiste à nuire aux relations de quelqu’un.

Exemples :

  • exclure quelqu’un volontairement;
  • dire aux autres ne pas être ami avec quelqu’un ou leur donner des raisons de ne pas l’aimer;
  • propager des rumeurs sur quelqu’un;
  • embarrasser quelqu’un en public.

L’intimidation physique consiste à faire du mal à une personne ou à abimer ses affaires.

Exemples :

  • frapper, donner des coups de pied, pincer, mordre;
  • cracher;
  • faire trébucher, bousculer;
  • prendre ou casser les affaires de quelqu’un, en particulier celles auxquelles il tient;
  • faire des gestes de la main méchants ou impolis.

L’intimidation sur internet, ou cyberintimidation, survient principalement sur les médias sociaux comme Facebook, Instagram, Snapchat, Twitter ou YouTube. Les intimidatrices et intimidateurs peuvent rester anonymes, et il est très difficile de les identifier.Examples of cyber bullying are:

Exemples :

  • envoyer des messages textes ou des courriels méchants;
  • envoyer et publier des rumeurs;
  • embarrasser quelqu’un avec de vraies ou de fausses photos, vidéos, etc.

Si vous croyez qu’un enfant (ou un adulte) est victime d’intimidation, posez-lui la question directement. S’il vous répond par l’affirmative, servez-vous des liens ci-dessous pour savoir comment [lui venir en aide].

Voici trois courtes vidéos sur la cyberintimidation, l’intimidation physique et l’intimidation sociale.

This is Not a Comedy (Ce n’est pas une comédie)  https://www.youtube.com/watch?v=dX3mDsVixxk;

Aider les victimes d’intimidation

Si vous connaissez une personne victime d’intimidation :

  • dites-lui que vous ferez tout votre possible pour qu’elle se sente en sécurité;
  • expliquez-lui que ce qui lui arrive n’est pas de sa faute;
  • encouragez-la à demander de l’aide jusqu’à ce qu’elle en obtienne.

Communiquer

Encouragez la personne à vous confier ce qu’elle ressent et ce qu’elle pense. Vous devrez peut-être vous y reprendre de nombreuses fois avant qu’elle se sente suffisamment à l’aise pour vous parler de ce qu’elle traverse.

Collaborer

Les écoles et les parents doivent collaborer pour prévenir l’intimidation et y mettre fin. S’ils apprennent que leur enfant se fait intimider, les parents doivent communiquer immédiatement avec l’école. Les écoles doivent élaborer un plan pour surveiller les élèves concernés et intervenir au besoin. Elles doivent favoriser un climat sûr et bienveillant. Les élèves doivent savoir où obtenir de l’aide.

Prendre des dispositions pour renforcer la sécurité

Si l’intimidation survient sur le chemin de l’école, les parents doivent faire accompagner leur enfant par un enfant plus âgé sur qui il peut compter. Ils peuvent également l’amener à l’école jusqu’à ce que l’intimidation cesse. Enfin, ils peuvent lui dire de se joindre à un groupe et lui rappeler qu’il n’est pas seul.

Favoriser la confiance et l’estime de soi

Les intimidatrices et intimidateurs ont tendance à s’en prendre à des enfants isolés. Vous pouvez contribuer à résoudre le problème en aidant ces enfants à développer leur confiance dans leurs habiletés sociales. Encouragez-les à se joindre à une association, à un groupe social ou à une équipe sportive. Donnez-leur l’occasion de réussir dans quelque chose (un sport, un loisir ou une tâche) et félicitez-les pour leurs efforts.

Donner des clés pour se défendre

Apprenez à l’enfant à se défendre lorsqu’on l’intimide. Par exemple, il peut dire fermement « Arrête. Je n’aime pas ça. », puis partir.