Vaccins

Vaccins

La vaccination (aussi appelée immunisation) offre une protection contre une foule de maladies graves. Aujourd’hui, la plupart des enfants sont vaccinés contre les principales maladies d’enfance. Plusieurs autres vaccins demandent aussi à être répétés au cours de la vie.

Voici quelques maladies contre lesquelles adultes et enfants peuvent être vaccinés :

Maladies d’enfance

Il importe de faire vacciner les bébés et les enfants afin de les immuniser contre plusieurs maladies aux effets pénibles et parfois mortels. L’immunisation débute à l’âge de 2 mois. Le premier vaccin protège l’enfant contre le tétanos, la diphtérie et la coqueluche (TDC). Une injection de rappel a lieu entre les âges de 14 et 16 ans.

L’immunisation contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) exige deux doses : la première, quand le bébé a entre 12 et 15 mois, et la seconde à l’âge de 18 mois. La protection acquise contre ces trois maladies l’est pour toute la vie.

Pour l’immunisation contre la varicelle, il est recommandé de faire vacciner l’enfant à l’âge de 12 mois.

Tétanos

Le tétanos est une infection qui peut s’avérer fatale. La bactérie responsable de l’infection pénètre dans le corps lors d’une coupure ou d’une perforation profonde. Les adultes devraient se faire vacciner contre le tétanos tous les dix ans pour maintenir leur protection. En cas de blessure par perforation ou de coupure profonde, présentez-vous rapidement à votre centre de santé pour obtenir un vaccin de rappel.

Influenza (grippe)

Pour vous prémunir contre la grippe, faites-vous administrer le vaccin antigrippal dès l’automne. Cette mesure est particulièrement importante si vous avez 65 ans ou plus, ou si vous êtes atteint d’une maladie pulmonaire, d’une cardiopathie ou du diabète. Le vaccin antigrippal réduit votre risques de contracter la grippe. Ne vous faites pas vacciner si vous êtes allergique aux oeufs, cependant, car le vaccin en contient.

Pneumonie

Les adultes âgés de 65 ans ou plus devraient se faire vacciner contre l’infection à pneumocoque, car ils courent plus de risques que les jeunes d’avoir une pneumonie. Une seule dose est généralement suffisante, mais votre infirmière en santé communautaire pourrait vous recommander une injection de rappel.