Jeu

Jeu

Certains Nunavummiut jouent sans pouvoir s’arrêter : ils ont développé une dépendance au jeu. Le jeu domine leur existence et cause du tort à leur famille.

Qu’il s’agisse de billets de loterie, de poker, de jeu en ligne ou d’opérations de spéculation à court terme, la dépendance au jeu est un problème qui a de lourdes conséquences affectives et financières, indépendamment des gains et des pertes réalisés par le joueur.

Lorsqu’une personne de notre entourage a un problème de jeu, il est tentant de lui dire d’arrêter; mais ce n’est pas si simple. S’il était facile d’arrêter, elle le ferait plutôt que de souffrir et de supporter les problèmes affectifs, financiers et autres associés à ce type de dépendance.

Si le jeu n’est plus une activité sociale occasionnelle, s’il est devenu un mode de vie vous permettant d’échapper à la réalité ou de vivre des émotions fortes, vous avez besoin d’aide.

Conséquences

Le jeu compulsif nuit à la personne concernée comme à son entourage immédiat. L’argent destiné à l’alimentation et aux dépenses familiales disparaît en billets de loterie, jeux de cartes, bingos et autres jeux de hasard.

La famille et les proches du joueur compulsif sont perdants à plusieurs titres, mais le joueur lui-même est souvent le plus grand perdant. Il dilapide son argent et ses biens, et ce n’est pas tout : il n’a plus de respect pour lui-même, vit dans la culpabilité, souffre de dépression et, dans certains cas, songe même au suicide comme porte de sortie.

Bien qu’il soit naturel de vouloir dire à un joueur d’arrêter de jouer, tout simplement, cette approche n’aura pas les résultats voulus; au contraire, elle risque de vous faire perdre la confiance de votre interlocuteur, qui aura l’impression que vous ne comprenez pas son problème.

Traitement et aide

Lorsque vous voulez aider une personne à briser sa dépendance au jeu, il ne faut jamais lui prêter d’argent. Cet argent risque d’être mal utilisé et d’alimenter sa dépendance. Le joueur compulsif peut déployer des trésors de créativité pour justifier ses demandes d’aide financière auprès de vous. Consentir à ces demandes vous rendrait complice de son comportement de dépendance. Pour réellement aider le joueur compulsif, il faut l’obliger à faire face aux conséquences de sa dépendance, par exemple à ses emprunts non remboursés et à ses grosses factures de carte de crédit. En d’autres mots, il ne faut lui venir en aide financièrement, peu importe l’insistance avec laquelle il vous le demande.

Si le jeu n’est plus une activité sociale amusante, si vous ou une personne de votre entourage êtes devenus « accro », alors une aide extérieure est nécessaire. Le gouvernement du Nunavut peut aider les personnes qui ont un problème de jeu à reprendre espoir en leur offrant des services de counselling et d’autres services accessibles dans un centre de santé communautaire.